Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Mii mbay
Mii mbay
Menu
MOISSALA

MOISSALA

Géographie

Les Mbaye forment l'entité ethnique majoritaire du département du Bahr-Sara (chef-lieu Moïssala). Si les Ngama sont ceux chez qui Sous, le héros civilisateur sara, est tombé du ciel, ce sont les Mbaye qui auront contribué le plus à répandre sa légende en milieu sara1. Sous la plume des ethnologues de la période coloniale, on retrouve souvent l'expression Mbaye Moïssala opposée à Mbaye Doba et Mbaye Bédjondo2. Cependant, les peuples Mongo et Gor respectivement ainsi mentionnés par ces deux dernières appellations ne s'y identifient pas1.

Installés en zone de forêt secondaire claire et de savane, les Mbaye, comme la totalité des peuples sara, sont avant tout agriculteurs. Les principales cultures sont des produits vivriers parmi lesquels divers tubercules (ignamemanioc), le mil et le sorgho. Le coton s’est imposé comme culture de rente depuis la colonisation.

Organisation

 

Organisation sociale

Dans l’organisation traditionnelle, l’unité politique de base est le village. Chaque village, composé de familles patrilinéaires, est indépendant. Un conseil d’anciens assiste le chef de village qui détient en outre des pouvoirs rituels importants, et notamment celui de diriger les cérémonies d’initiation masculine, le ndo bessi. Le chef de village est en milieu Mbaye une autorité récente, née de la nécessité d'interlocution entre l'administration coloniale et les populations villageoises. La société Mbaye pré-coloniale est plutôt acéphale.

Organisation clanique[modifier | modifier le code]

On distingue six clans3 Mbaye parlant plusieurs formes dialectales de la langue Mbaye :

  • Les Bédjou: de loin les plus nombreux, les Bédjou habitent Moïssala, Dilingala, Dakou, Bessara et Sangoulou4;
  • Les Kan habitent le canton Koldaga;
  • Les Ngoka (ou Mbang) habitent Bépili et Beyndi;
  • Les Bédégué (appelés aussi Sol) habitent le canton Dembo jusqu'à la frontière centrafricaine;
  • Les Mougo habitent les villages compris entre les Kan et les Ngoka, chez les Nguénaye;
  • Les Bat: proches des Bédjou, ils habitent Doubadéné et Békourou. Le dialecte Bat est identique au Bédjou.

Souvent associés aux Mbaye, les Yambod semblent être ethniquement des Gor venus de Bodo (leur nom viendrait alors de "yan Bodo" signifiant "quitter Bodo"). Sur le plan linguistique, ils sont plus proches des Mbaye. Ils sont considérés comme une tribu sara à part entière2.

La confrérie des hommes-lions

 

 
Hommes-lions à Moïssala (Tchad), lors des festivités du centenaire de la ville (décembre 2012)

La confrérie des hommes-lions est une société secrète très crainte qui existe chez certains peuples sara du sud du Tchad. On la retrouve chez les Mbaye, les Daye, les Nar, les Bédjond et les Kone-Ngam7 (Ngam de l’Ouest). Lors des opérations, les membres sont recouverts (presque) entièrement de peaux de chèvres ou d’animaux sauvages, portent des semelles de bois imitant les empreintes des lions et soufflent dans des calebasses en forme de gourde.

Cette société joue le rôle de police secrète au service de chefs de terre qui s’en servent pour se débarrasser d’individus nuisibles à la vie sociale: sorciers, brigands, personnes maintes fois coupables d’adultères, etc. Cependant, elle peut dégénérer aussi en une horde de tueurs à gage8. Les hommes-lions pratiquent aussi des chasses collectives où tous les animaux rencontrés sont tués et entièrement consommés en brousse. Ils excellent dans l’art du camouflage et de l’hypnotisme.

L’adhésion à la société se fait de deux manières. Par filiation: un fils d’homme-lion est de facto admissible dans la société. Ou par vocation: on fait une demande expresse d'adhésion lorsque l’on ne peut se réclamer d’une ascendance ayant fait partie de la société. Dans tous les cas, le candidat doit subir des épreuves initiatiques où  force, intrépidité et courage prévalent : il apprend ainsi à tuer un animal de n’importe quelle taille d’un seul coup de sagaie, à courir avec un gros tronc d’arbre au dos, à manier habilement l'hameçon servant à la chasse des hommes-lions, à souffler dans la calebasse-gourde, etc. Comme toute société secrète, la règle d’or est l’omertà, la loi du silence.

Plusieurs tabous réglementent leur vies. Une blessure à la hache leur est mortelle. Comme autre tabou, il est interdit de traverser la cour d’un homme-lion en roulant un cerceau ou de le frapper avec une tige de mil.

L’influence des hommes-lions a commencé à décroitre au milieu des années 1950 sous l’action conjuguée du christianisme, qui y voit des pratiques diaboliques, et de l’administration coloniale, qui seul détient désormais le droit de vie ou de mort sur les administrés. La société reste la principale attraction lors des grandes manifestations culturelles Mbaye comme lors du Centenaire de la ville de Moïssala en décembre 2012.

Religion

Les Mbaye sont de nos jours pour la plupart chrétiens (protestants ou catholiques) ou musulmans, avec une prédominance du protestantisme. Les cultes traditionnels sont très marginaux. Cependant, c’est ces derniers que nous présentons ici comme éléments culturels.

Les peuples Sara reconnaissent tous un esprit bienfaisant, créateur des hommes, parfois dieu de l’orage et de la pluie. Il est nommé Lou(w)a (ou  Louba) chez les Mbaye.  Ce dieu suprême a été très vite assimilé à Allah chez les musulmans ou au Dieu chrétien. À cette divinité est associé Kadə̀ (« soleil »). Ce dernier est le dieu de la fertilité et de la fécondité. Kadə̀ bénéficie d’un culte car intervenant dans la vie des hommes, il peut leur nuire au cas où il n’est pas honoré. Considéré comme toujours bienfaisant, Loua ne bénéficie pas de culte.

 Sou est le héros civilisateur. Il a appris aux Sara la culture, les outils, les armes, le feu, l’initiation. C’est un personnage ambigu : il apparaît souvent comme un destructeur de ce que Loua crée. Dans les contes, il apparaît comme un farceur.

Au niveau du culte familial, on trouve :

  • Le culte des mânes (má̰-dèē) : Après le grand sacrifice de levée du deuil, chez les Mbaye, on dresse, en dehors du village, une hutte en branchages pour les morts, kuji-ma-de-gə̀ ("la maison des mânes"). On y fait chaque année une offrande de boule de mil et de poisson, accompagnée d’une prière pour les morts.
  • Le culte des jumeaux (ndinga-gə̀) : Contrairement aux autres Sara, les Mbaye pratiquent ce culte indifféremment à la naissance de tous leurs enfants, jumeaux ou non. Ce culte consiste essentiellement en l’offrande des prémices, quatre fois par an : mil rouge (wa), en décembre, après la récolte; sésame en mars ; huile de karité en juin et mil hâtif (goji) en octobre

Langue

La langue sara (avec ses différentes formes dialectales) est classée dans le groupe de langues Chari-Nil de l’ensemble Nilo-Saharien.

Quelques phrases et expressions en Mbaye:

  • lapia: bonjour
  • lalé: bonjour (réponse)
  • tɔ̀'i ì rí ? : Comment t'appelles-tu?
  • tɔ̀'m ì Sú: Je m'appelle Sou
  • mí Mbaye: Je suis Mbaye
  • ādə̄-m̄ màn̄ tə́ m-ā̰y: Donne-moi de l'eau à boire